Menu

Qu'est-ce que l'angoisse ?

4 Mai 2020

Photo By Verne Ho
Photo By Verne Ho

          Qu'est-ce que l'angoisse ? Un agent paralysant qui se fraie un chemin au moment où nous sommes le plus vulnérables ? Une maladie psychologique ? Une pathologie chronique qui surprend autant par la vitesse à laquelle elle nous envahit que par la rapidité avec laquelle elle disparaît ? Insaisissable, elle l'est. Indomptable, elle résiste. Qui peut prétendre qu'elle ne l'habitera jamais ? Elle s'installe, dans le lit de nos fragilités et elle fait de nous des êtres apeurés et désespérés. Qui est-elle ? On en parle comme d'une crise, comme d'une attaque. Il est tellement difficile de comprendre ce sentiment de malaise qui est inquiétant.
 

          Nous voyons dans l'angoisse comme les traits d'un ennemi invisible. Nous la personnifions dans ce que nous nous représentons d'elle, et c'est la première porte que nous lui ouvrons, celle qui nous met en danger. A dire vrai, il faut chercher son origine dans nos insuffisances. Que fait-on si mal qui lui permet de nous cibler ? Il est seulement question d'analyser notre vie quotidienne. Si tu es en paix aujourd'hui et que ton coeur est en crise le lendemain, alors cherche le déclencheur d'abord, ce petit rien qui t'a fait basculer dans la sensation du vide. Oui... L'angoisse c'est déjà cela avant tout : un vide immense dans lequel notre âme est jetée et dans sa chute, elle essaie inlassablement de s'accrocher à quelque chose pour ne pas s'écraser au sol.


          Eh bien imagine ce puits dans lequel tu t'enfonces. Il n'y a ni lumière, ni esprit ou ange pour venir te sauver. Tu tombes et la chute est brutale et si douloureuse. C'est à ce moment précis que l'angoisse a besoin de se nourrir pour s'enraciner en ton coeur. Elle se nourrit d'abord de ta solitude au fond du puits. Tu étouffes, mais tu as quand même deux voies qui s'offrent à toi. La première est de te laisser mourir et parfois tu as si peur que l'agonie soit longue que tu as l'idée d'en finir et de hâter ce supplice insupportable. Et au fond, qui te pleurera ? Qui saura que tu as fini au fond d'un puits ? Ton corps restera là, gisant au milieu d'autres comme toi qui se sont laissés mourir et que le monde a oublié. L'angoisse a effacé ton souvenir comme elle a commencé à effacer ta volonté. La seconde voie que tu peux prendre est de hurler de toutes tes forces. Ne te pense pas condamné(e). Appelle à l'aide, confie tes peines et dis tes douleurs. Il y a l'espoir qu'une âme passe devant le puits et t'entende. L'angoisse se nourrit de la solitude et son ennemi c'est ta volonté à accepter de l'aide pour te nourrir de la paix de celles et ceux qui te veulent du bien.

         
          Mais tu as toujours besoin de comprendre ce sentiment. D'où vient-il ? Cherche sa trace dans ce que tu t'imposes, dans ce fardeau qui est trop lourd. Tu veux tout faire bien pour plaire, pour être à la hauteur, pour montrer ta force et pour refuser de montrer tes faiblesses comme si tu n'étais pas humain(e). Tu construis alors une identité qui n'est pas la tienne, un mensonge dans lequel tu t'installes, une double vie : celle que tu veux montrer et celle qui s'agite au fond de toi. Ainsi, lorsque tu brises ton équilibre intérieur et que tu mens à ton coeur, ton âme se prépare à vivre une crise, comme un court-circuit qu'on doit réparer pour tout remettre à zéro.

         
          Combien d'entre nous ont cette fâcheuse tendance à cacher leurs émotions ? Est-ce une honte ? Est-ce la crainte d'être percé à jour ? Mais, a contrario, nous dissimulons nos émotions et nous nous plaisons trop souvent à parler de nous. Entre la réalité de nos peines et la superficialité de notre ego, l'angoisse devient notre compagne. Ne chasse pas ton naturel. Que l'angoisse soit l'expression d'une faiblesse ou d'un traumatisme, elle deviendra ton ennemie si tu choisis uniquement la lutte qui épuise ; et elle deviendra une amie si elle réussi à t'emporter. Elle peut devenir comme le cortège de Dionysos qui s'enivre au point de s'oublier et de ne vénérer qu'un demi-dieu auquel tu appartiendrais. L'angoisse n'est ni amie, ni ennemie. Elle réussira à te mettre à terre si tu as tendance à la personnifier, comme une ombre qui vient t'effrayer dans ton sommeil ou dans ton quotidien. Elle n'est qu'un sentiment, comme une tempête intérieure qui balaie tout sur son passage et tu cet arbre solide et enraciné qui a seulement plié par la force du vent et qui ne s'est jamais affaissé par la présence et l'amour des êtres aimés.

 

Khalid Mossayd

04 Mai 2020

 




Articles récents

Inscription à la newsletter